Skip to content

Décès de l’artiste François-Xavier Marange

October 25, 2012

Notre ami, l’artiste François-Xavier Marange est décédé à l’âge de 63 ans, à Montréal le lundi 8 octobre 2012. Jusqu’à ses derniers instants, il a affronté courageusement la maladie. François-Xavier laisse l’empreinte d’un homme généreux et intègre, fidèle en amitié et travailleur assidu.

Ses compagnons et camarades artistes veulent exprimer leur profonde sympathie et adresser leurs condoléances à sa famille et aux siens qu’il chérissait tant. À son épouse Ginette Morin, sa fille  Swann et son conjoint Éric, ainsi qu’à leur fille Lou, née le 9 octobre dernier; à son fils adoptif Sylvain, à sa mère, ses soeurs et son frère; à ses neveux et ses nièces, dont Camille et sa petite Kiara. Il laisse également dans le deuil ses beaux-parents, ses beaux-frères, leurs conjointes et leurs enfants, et tous ses autres parents et ses amis de France et du Québec avec lesquels il cultivait des relations chaleureuses.

Au printemps de 1982, François-Xavier débarque à Montréal, répondant à l’invitation de Louis-Pierre Bougie avec qui il avait fraternisé à Paris, lorsqu’il était imprimeur taille-douce chez Lacourière et Frélaut, un atelier réputé internationalement. Formé dans les années 60 à l’Atelier Leblanc, François-Xavier participa au cours des années 70 aux recherches et expérimentations techniques en gravure avec, entre autres, Antonio Tapies, Fiorini, Loutre Bissière, Friedlander, Hamaguchi et Piza. Peu après son arrivée à Montréal, parallèlement à son travail de peintre, il participe à la fondation de l’Atelier Circulaire et en devient l’animateur et la cheville ouvrière, transmettant généreusement son expertise de maître-imprimeur et de graveur à ses confrères et consoeurs artistes. Sa vision de l’estampe influence encore aujourd’hui, 30 ans plus tard, l’esprit et l’atmosphère de travail de l’Atelier Circulaire, un lieu collectif et convivial où l’innovation et le respect du métier et de l’outil vont de pair.

Depuis l’adolescence, François-Xavier Marange avait choisi, conscient déjà de l’engagement nécessaire, de devenir un artiste, l’estampe fut pour lui une porte d’entrée. La peinture accaparera cependant l’essentiel de son attention et de ses énergies. Tout au long de sa vie, la littérature, le théâtre et l’amour de la musique auront nourri son intelligence et sa curiosité insatiable.

À Montréal, de nombreuses expositions ont jalonné son parcours dans les galeries Trois Points, Éric Devlin et Simon Blais; à Ottawa, dans la galerie St-Laurent et Hill. Une exposition rétrospective à la Maison de la culture Parc-Extension soulignait en 2011 l’ampleur de son oeuvre. À cela, s’ajoutent sa participation à des expositions en France, en Espagne et en Suisse, ainsi que la création de plusieurs livres d’artiste et l’écriture de textes poétiques originaux, dont Ainsi fait, texte inédit qui paraîtra cette année, accompagné de gravures de Louis-Pierre Bougie.

François-Xavier Marange a largement mérité la reconnaissance de ses multiples talents et notre admiration. Son décès laisse un grand vide.

                                                                  (30)

Source : Louis-Pierre Bougie et Denis St-Pierre, ses compagnons d’atelier

Tél. : 514-281-5110

23 octobre 2012

Advertisements

From → Uncategorized

2 Comments
  1. François-Xavier avait un respect pour tous les artistes, jeunes ou vieux, renommés ou inconnus et transmettait sa connaissance de la gravure avec un tel enthousiasme et un tel professionnalisme qu’il nous donnait le goût de devenir habile comme lui. Je me souviens qu’il arrivait toujours à son atelier, tôt le matin, un peu comme Rothko, homme d’habitude et méthodique, inspiré ou pas. Son sourire et sa voix douce, sa langue parlée si belle, son regard droit et profond, tout çà aggrave la perte que je ressens de cet artiste exceptionnel, moi qui le connaissait à peine. Je sympathise vraiment avec sa famille et ses amis proches.
    Le niveau d’abstraction de ses grandes toiles récentes, la subtilité des harmonies de ses couleurs me séduisent et me rappelle que l’idéalisme est une grande qualité. Pour moi il rejoint déjà l’infini par la grandeur de son œuvre.

  2. C’est dans le cadre de mon travail à L’Atelier circulaire pendant plusieurs années que j’ai côtoyé à l’occasion François-Xavier Marangue. J’ai été touché par le respect dont était empreint ses rapports à tous, moi y inclut, la fille dans le coin qui fait la comptabilité… Plus récemment, j’ai vu ses oeuvres, exposées dans une salle attenante à la bibliothèque du Mile End, et elles m’ont boulversées. Je les conserve en mémoire pour longtemps encore. Mes sympathies à ses proches et amis. J’imagine à peine votre perte.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: